Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

West indies brand new styles - le manifeste -

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Coin Artist' -> Scenarii
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Neoshaman
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2007
Messages: 303
Localisation: charleroi belgique
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Sam 18 Oct - 19:46 (2008)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

Le projet Bôkay

Bôkay est un label pour la production audiovisuelle et multimédia orienté vers la culture antillaise. La production audiovisuelle et multimédia aux Antilles est relativement pauvre et dépourvu d'icônes populaire fortes. Or il semble que le public antillais est en attente d'une production dans laquelle elle pourrait s'identifier.

Notre objectif est de dynamiser le milieu locale en devenant moteur avec nos œuvres et actions répondant au besoin identitaire du milieu. Nous envisageront ensuite d'exporter et d'étendre nos productions et valeurs vers les milieux extérieurs.

Problématiques

Le projet Bôkay est issu d'un constat: malgré de grands efforts et réussite historique, la production culturelle antillaise, notamment populaire, reste problématique et peu diversifiée.

Elle est problématique sur 3 principaux points:

  1. Le manque de moyen, de ressource et de structure pour produire.
  2. Productions ponctuelles, isolées et conçu sans perspective.
  3. Ambitions décalées des réalités du milieu, complexées par les modèles extérieurs.
Développons les enjeux de ces problématiques

1.
Le manque de moyen, de ressource et de structure pour produire
Il est vrai que le milieu antillais est restreint, et on pourrait croire que ces manques en sont
la conséquences, mais en vérités les causes sont plus complexes. Le premier problème est
l'exode des talents. En particulier des jeunes, pour raisons scolaires, ce qui appauvrit
fortement le milieu. Le deuxième problème est que les milieux extérieurs présentent des
possibilités d'expression plus grandes à ces talents, grâce à une plus grande maturité
structurelle comparé au milieu locale, ce qui empêche le développement et la maturation du
milieu locale. Ces faits conduisent à la croyances populaires qu'il n'y a rien sur place donc
qu'il faille s'expatrier pour exercer son talent, ce qui décourage une production locale et
entretient un premier cercle vicieux.

2.
Productions ponctuelles, isolées et conçu sans perspective.
Lorsque des productions voient ,malgré tout, le jour, elles font face à un désert structurel, ne
bénéficie d'aucune dynamique, ce qui les isole fortement les unes des autres. De plus, une
concurrence avec les produits extérieurs, bénéficiant de meilleurs expositions et
organisations, les empêchent de se faire connaître et reconnaître suffisamment. Ces
productions locales sont isolées les unes des autres, complètement éparpillées, n'entre pas en
synergie. La réussite de l'un ne profite pas aux autres. L'absence de stratégie réaliste pour
faire vivre une production sur le marché locale font que les oeuvres vivent pour elles même
et par elle même. Ce qui les renvoie à une isolation encore plus prononcé entraînant le 2e
cercle vicieux.

3.
Ambitions décalées des réalités du milieu, complexées par les modèles extérieurs.
Cette classe de problèmes est lié à un problème d'identité et d'identification. La motivation
derrière la plupart des projets est émotionnelle. Chacun à en tête son œuvre, l'acte de
réalisation est vu comme un enjeu de reconnaissance. Il s'agit de prouver son existence en
créant, de prouver que l'on vaut autant que l'autre ou bon face a soi même
( a supposer que ne l'est pas au départ). Cet autre est l'ensemble des modèles
extérieurs, idéalisés ou diabolisé, qui par leurs modes de productions, vu comme supérieur
sert de référent, de norme comparatif, à atteindre. L'acte de création se résume à un “moi
aussi”, un acte “de restauration d'un honneur historiquement perdu”, qui dédaignent la
réalité du milieu locale, notamment au niveau populaire. L'effet de cet attente de
reconnaissance est d'amplifier l'importance des échecs au détriments des réussites et inhibes
les tentatives ultérieures de créations. C'est un troisième cercle vicieux qui alimente la
première problématique renforce la deuxième. La souffrance de cet comparaison étouffe la
prise de conscience de l'originalité et du potentiel du marché locale et sa construction.

Conclusions
L'exode des talents crée un manque de moyen empêchant la création de structures et amenant à un isolement des créations. L'isolement et le manque de moyen entraîne un succès mitigé des productions, accentuant le besoins de reconnaissances et la comparaison aux modèles extérieurs. L'attrait des modèles extérieurs draine les talents qui ont espoir de pouvoir s'épanouir dans ces modèles. Cet ainsi que la création aux Antilles souffre d'un cercle vicieux naturellement entretenu. Ce cercle vicieux gêne l'apparition d'icônes et références fortes propre à créer une dynamique de milieu locale et capable de libérer de la trop forte dépendance au modèle extérieurs.
Cependant l'évolution des techniques de production, de communication et de diffusion présentent des opportunités intéressantes pour résoudre ce problème et permettre à une production locale de s'épanouir.

Stratégie

Pour répondre à ces problématiques et nous affecter le milieu locale, nous nous appuierons les domaines l'identification à la culture antillaise, pour définir nos œuvres et actions.
Afin de répondre à cet objectif, nous utiliseront quatre concepts fondamentaux sur lesquels sera fondée notre stratégie:

1. Le concept de contenu distribué, ou production ombrelle, consistant à décliner un univers sur plusieurs support et media.       
Ce concept s'appuie sur le “nuage multimédia” dans lequel vit l'utilisateur moderne pour       
créer des interactions entre les différents supports et renforcer son expérience de l'univers.       
C'est pour cela que nous mettons en place un processus de production à ressources       
mutualisées pour les différents supports.
  
    
2. Le concept de “communications sociales” développé par la société “Sanrio” (hello kitty), repris par d'autre marque (tel que Pucca ou Emiliy The Strange). Ce concept s'appuie sur la tension entre le besoin d'identification et celui d'individualisation, pour proposer des signes de reconnaissances agencés autour de valeurs. C'est pour cela que nos produits sont conçu autour de l'expression de valeurs servant à l'identification. Cela permet de posé les bases pour la construction d'une communauté. 

 
    
3. Le concept “d'échange sociale” apparu avec l'émergence des pratiques liées aux nouvelles technologies de communication (téléphones mobiles, internet, jeux en réseaux, messageries instantanées). Ce concept s'appuie sur la tension entre le besoin d'appartenance et de reconnaissance dans un réseau sociale et une communauté. C'est pour cela que nous mettons en place des moyens permettant de créer et de gérer des liens sociaux pour permettre au public d'établir des contacts et des échanges sociaux. 
  
    
4. Le concept de contributeur consistant à permettre à l'utilisateur d'interagir, d'influencer et de participer à la production du contenu sous une licence de type "créative common" (licence libre). Ce concept s'appuie sur le besoin d'expression et de création de l'utilisateur, en lui permettant de créer du contenu et de la valeur dans le réseau, pour lui permettre d'y insuffler un sens personnel.       
C'est pour cela que nous mettons à la disposition de l'utilisateur des ressources, des outils de productions, d'édition, de gestion et d'échanges, pour lui permettre d'imprimer son identité dans le réseau et généré de la valeur. 
  
    
La stratégie consiste principalement à créer un réseau sur des valeurs et autours de contenus, pour favoriser l'émergence d'une communauté en interaction et productive, génératrice de valeurs. Cela suppose la définition d'étiquettes, d'éthiques et de conventions pour réguler les pratiques et les échanges. C'est par les valeurs générés par la communauté que nous renforcerons le projet. Le rapport entre nous et le public n'est plus un rapport de dépendance descendante mais un rapport d'interdépendance dynamique à la responsabilité partagée. Notre rôle n'est plus seulement dans la proposition d'œuvres et d'actions mais aussi dans le rôle de gestion, management et animation de communauté.

Applications

Pour mettre en place cette stratégie, on utilisera des méthodes spécifiques permettant de mettre en place les moyens pour atteindre nos objectifs.  Ainsi l'utilisation de la méthode incrémentale permet de capitaliser chaque étape du projet, en découpant sa mise en œuvre en unité pour renforcer le milieu. Cela permet de diminuer les risques en testant leurs pertinences sur le milieu très tôt, éventuellement affiner et réviser leurs designs pour s'y adapter, et préparer le milieu aux projet finaux. Les premières étapes d'un projet sont à la fois les moins couteuses et les plus déterminantes de la vie d'un projet, des erreurs de jugements à ces étapes ont de lourdes conséquences sur la suite du projet, la capacité à rectifier le tir diminue ensuite et devient de plus en plus coûteuse à mesure que la production avance. La méthode incrémentale permet de se positionner sur un ou des milieux limités, à la mesure du coût de production de l'unité, suffisant pour capitaliser pour la suite du projet. Cette méthode permet une production organique épousant les contraintes et opportunités du milieu dès les premières phase du projet, en capitalisant la production tout en réduisant les risques et les coût. Cette méthode est viable grâce à l'émergence des nouvelles technologies de communications qui redéfinissent les rapports à la production et à la diffusions d'œuvres.
Les principales unités du projets sont :

Les principales unités du projets sont :
  1. Définition d'un univers et ses constituants (personnages, objets, signes et valeurs).
  2. Déclinaisons de l'univers et de ses constituants dans des médias et supports.
  3. Structuration du réseau communautaire autour de cet univers
  4. Développement des outils de production et d'édition pour favoriser la contributions


1. Définition d'un univers et ses constituants (personnages, objets, signes, mythologies et
valeurs).

Cette unité correspond à la phase de conception et de structuration de l'imaginaire collectif.
A ce niveau les éléments peuvent êtres créés et présentés séparément malgré
les relations logiques et sémantiques qui les lies. L'attrait du public dans cette phase, est la
découverte et l'exploration des liens de l'univers en construction. Laisser le public se
ré-approprier les constituants permet la diffusion des images et valeurs associées et de créer
une première base de fidèle. Cette phase se capitalise en reconnaissance et permet de vérifier
le degré d'identification généré sur les milieux cibles. La déclinaisons des constituants sur
des ouevress dérivés simples permet de rentabiliser cette unités auprès des fidèles.

2. Déclinaisons de l'univers et de ses constituants dans des médias et supports.
Lorsque la définition de l'univers à atteint une masse suffisamment critique, l'univers peut se
décliner en œuvres plus ambitieuse et couteuse, mettant ses constituant en mouvement et en
scène, tel que les supports médiatique narratif divers, avec un coût de production plus élevée.
L'augmentation de la qualité augmentera la taille du public et la base de fidèle.

3. Structuration du réseau communautaire autour de cet univers.
Lorsque les œuvres sont suffisamment installés auprès du public, au point que celui ci en a
intégrer la mythologie dans un imaginaire et culture commune, la structuration d'une
communauté autour de l'univers devient important, pour renforcer les conditions
d'immersions, permettre au public de partager ses expériences communes de l'œuvre et
créer un sentiments d'appartenance, le tout renforçant l'adhésion à l'univers.
L'architecturation de la communauté permet d'animer et de dialoguer de façon privilégier
avec le public, et de mieux connaître ses attentes pour y répondre. Cela permet aussi de
centralisé les ré-appropriations du publics de l'œuvre et de les récompenser pour faire
évoluer l'univers, donnant un sentiment d'implication, de reconnaissance et un statut social
aux membres contributeurs et créatifs de la communauté.

4. Développement des outils de production et d'édition pour favoriser la contributions.
Lorsque la communauté a atteint suffisamment de maturité, il faut introduire des outils
d'éditions et de productions et facilité l'accès au ressources partagées. La mise en place de
système de classification, de catégorisation et de distribution personnalisable doit permettre
de facilité la navigation entre la sommes des productions. Les contributions de la
communauté ajoute de la valeurs à l'œuvre original en l'étendant. Les productions de la
communauté peuvent alors être considérer comme un milieu en lui même qu'il faut
administré, en permettant aux contributeurs les plus productifs de partager les bénéfices
générés de leurs œuvres et en les aidant dans la promotion et la distribution. La découverte
de talents potentiels, et leurs intégrations dans la chaîne de production et de distribution, est
la méthode moteur de cet unité.

      Ces quatre unités ne sont pas exclusive l'une à l'autre. Chaque unité porte une part des autres. L'ordre dans lequel elles sont classées dénote l'ordre de la priorité de chaque unité l'une sur l'autre afin de gérer les points sur lesquels se focalisés. Mais ces priorité sont fonction des moyens de départ investit dans le projet.
      En résumé les concepts et méthodes proposés s'inspire de la dynamique de création des cultures, c'est à dire qu'elle vise à reproduire les mécanismes de partage et d'échange et de création collective. Elles permettent de répondre à plusieurs problématiques et contraintes, tel que les problèmes de coûts, de volume de production, de marketing et de diffusion.

      Mais pour comprendre la viabilité de ces concepts et le choix des méthodes, il faut comprendre la spécificité des nouveaux moyens de communication, de production et de distribution, notamment les réseaux informatiques associés aux réseaux sociaux, et comment leurs dynamiques crées des opportunités spécifiques.

      Dynamique des réseaux

      Dans l'économie d'internet on parle souvent du modèle économique du gratuit.
      Il faut faire attention à ce terme de gratuit, en réalité il est galvaudé et détourne du véritable problème qui
      est la dynamique de réseau culturel (la problématique des produits non rivaux, c a d que l'on possède même
      quand on le donne, ex: l'information).


      Si on se penche sur la problématique pour l'étudier, on s'aperçoit que les bénéfices ne se font
      principalement que sur la gestion et le contrôle du réseau. C'est la stratégie par ex d'Apple. Si Apple est
      devenu la référence dans le domaine du baladeur numérique, ce n'est pas simplement pour son
      positionnement en terme d'image et de design, mais surtout parce qu'ils ont mis en place un réseau. L'ipod
      est le support du réseau avec itunes et itunes store, une chaîne depuis l'utilisateur vers le contenu. En
      verrouillant le réseau (il faut passé par itunes pour utiliser l'ipod et pour accéder à itune store) et en
      l'alimentant il crée de la valeur pour vendre l'ipod qui n'est que le support du réseau.


      Il faut prendre réseau au sens le plus abstrait, c-a-d "ce qui met en relation", par exemple une marque peut
      être considéré comme un réseau. La reconnaissance de la marque devient ainsi stratégique. Par exemple on parle
      beaucoup de YouTube ou de MySpace, or ce sont des modèles qui peinent à trouver un modèle
      économique fort. En fait l'analyse montre qu'il n'ont aucune maîtrise du réseau qu'ils créent, même en se
      basant sur le modèle publicitaire, or celui qui contrôle le plus souvent cette aspect est Google par AdSense
      (son réseau publicitaire dont il contrôle l'accès)! En vérité les vrais bénéficiaires en plus de Google sont les
      fournisseurs d'accès et les vendeurs de terminaux Internet, puisque ce type de service augmente la valeur
      du réseau. La maîtrise du réseau est la clef de ce modèle économique (et plus précisément le contrôle de
      l'accès au réseau). Donc les sites de type YouTubes se placent dans un modèle de type audience (comme la télé et la radio), mais où
      l'audience est productive (plus il y a d'utilisateur, plus il y a de contenu, plus il y a de contenu, plus il y a
      d'audience).


      Le marketing virale est une des conséquences de ces aspects réseaux, mais est délicats à manier. La
      encore c'est un buzz word qu'il faut prendre avec des pincettes, non pas qu'il ne soit pas intéressant ou
      même galvaudé, mais il est plus complexe à appréhendé que l'on peut croire, du moins si on n'en
      comprend pas les mécanismes de bases. L'intérêt du marketing virale est qu'il permet d'augmenter son
      propre réseau en infectant des réseaux existant (en générale le réseau sociale), ce qui permet d'agir sur le
      niveau d'audience pour le site, la diffusion du support de réseau immatériel (msn par exemple), ou mieux
      de vendre des produits "rivaux" (produits que l'on ne peut pas donner sans le perdre, en général du
      matériel, plus facile à convertir en cash). Le modèle idéal est donc un "cheval de Troie", un produit ayant
      une valeur intrinsèque, dont le contenu est actualisable et qui sert de support à un réseau.


      L'idée avec la création de "contenu ombrelle" c'est de l'utiliser comme une partie d'un réseau mis en place (imaginaire antillais). Je conseille de jeter un coup d'oeil de GoPets :
      http://www.gopetslive.com/fr/info/main_gopet.html
      http://www.gopetslive.com/fr/main/charity.html
      Ils utilisent le « tamagotchi » comme "objet transactionnel" (objet qui sert de mise en relations, pensé au cadeau ou aux téléphones) entre personne, et les mécaniques de jeu de favorise les effets de recrutement social (pour partager ensemble l'expérience). Effet cheval de Troie, ça crée de la valeur pour le service de base.


      L'ensemble de ses réflexions est par exemple au cœur du concept de bôkay que je suis en train
      de mettre au point. Appelons cette mise en réseau le RAZIER.

      Cordialement

      neoshaman




      _________________
      je suis GENEREUX!


      Dernière édition par Neoshaman le Dim 19 Oct - 07:22 (2008); édité 1 fois
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Dim 19 Oct - 07:20 (2008)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Autre aspects important a mentionner!
      Les contenus sont labellisé en 3 générations

      1. Les premières générations sont les contenu qui se focalise sur la culture antillaise comme sujet pour établir des codes propre à la culture.
        Des projets comme "sorcier et soucouniants", waldo paypaye et black powder peuvent être considérer comme tel.
      2. les deuxièmes générations sont les contenu qui appliquent les codes a d'autre sujets et contexte.
        je n'est pas vu la BD de Madi mais je suppose qu'il est de cette catégorie, le court métrage agent 02K est de cette génération.
      3. Les troisièmes générations c'est simple, c'est on fait ce qu'on veut comme on veut.
        iRon Monkey serait une 3e générations
      Quel intérêt? ben ca permet de stimuler la création en donnant des repères, quand j'ai suggerer a zecle de faire un "dbz" antillais dans le concept (sorcier et soucouniants), ca lui a parut évident, mais personne n'y avait jamais vraiment penser sérieusement comme un genre a part. Du coup kan des gens comme toshi d et d'autre on vu ca, il se sont dit mais c'est bien sur " on est pas obliger de faire de l'identitaire pour exploiter l'imaginaire antillais". L'imaginaire antillais peut juste être cool, c'est ce que j'essaye de montrer, le classement en génération permet juste de souligner cette aspect. On peut voir le même mouvement entre "pointe d'or" et la série "soukougnant" des même auteurs, et je suis sur que c'est indirectement inspiré de l'initiative de zéclè.
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Mer 29 Oct - 16:44 (2008)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Le logo provisoire






      EDIT: une version affiner du logo
      [

      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Ven 23 Jan - 04:45 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Quelque schema qui vont avec le manifeste :!:
























      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      tetsu
      Néophyte
      Néophyte

      Hors ligne

      Inscrit le: 14 Juil 2008
      Messages: 20
      Localisation: guadeloupe
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Dim 8 Fév - 20:34 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      putain on peu pas dire que t'a pas réfléchi !! et y a pas a dire je suis d'accord sur l'ensemble des point mais je me pose une question de quoi tu dispose concrètement !! (...puis le logo "bokay" me branche moyen le "west indies brand new style" déchire bien..)  s
      _________________
      I do it my way
      Revenir en haut
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 9 Fév - 07:39 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Ben le logo Bôkay et west indies sont complémentaire, je sais bien que le west indies est plus proche des jeunes, le logo bôkay est designer lui pour une image plus pro.

      En effet on ne se voit pas ni on est vu, comme des gens carré et efficace qui font juste leur travaille, pas dans un sens professionnel du terme (en vérité on préfère être dans la reconnaissance, un genre "nous aussi"). Le logo bokay exprime ca, oui chez nous on peu être comme ca, des ingenieurs, d'ou le B et le OKAY subtilement séparé (be okay).

      Mais le logo final sera un peu different, celui la est intermediaire, les couleurs sont pas top (mauvais ecran pas calibré) et le signe orange sera refait en plus dynamique...
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 9 Fév - 07:42 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      La production d'œuvres populaires aux Antilles est frappé de maux, dont en particulier l'isolation, le manque de concertation et l'absence de dynamique commune.

      J'ai l'ambition de répondre a ces maux en me basant sur les méthode de l'ingenerie de l'imaginaire (inspiré par la psychologie, le marketing, etc..) pour creer une mythe collectif de la création. Ce mythe collectif se base sur l'imaginaire existant antillais et prolonge cet imaginaire, grace a la mise en place de symbole vecteur de valeur, propre a créer une dynamique commune.

      Ce mythe est baser sur 3 principes: "Bôkay", "Razier" et "Foss, l'espri epi kouraj"

      • Bôkay est la fédération autour d'une identité commune.
      • Razier donne l'ensemble des valeurs de création.
        Le razier c'est l'imaginaire antillais, dans le sens ou le razier est un lieu de rencontre enre le probable et l'improbable, on y fout les debris mais on y trouve aussi les remede, c'est le lieu ou les carcasse de voiture cotoie les arbres d'acajou et les orchidées, c'est la que les esclave on fuit pour trouvé la liberté et que les voyou ce cache. Le razier c'est la rencontre, le metisage et la liberté, un endroit ambigu et non manicheen mais oui le manicheen peut trouver sa place, bref ce le lieu de l'acceptation et de la diversite aussi. c'est donc un lieu mythique et symbolique qui permettra de relier toute les production en filigrame.

      • "Foss, l'espri epi kouraj" donne la philosphie de production et la posture de l'artiste, a la foi critique et sensible.
        Ainsi les artiste se voit assimiler a la figure du "guerrier de l'imaginaire" (ou "ultime guerrier") au travers d'une tonalité épique et héroique.
      Foss, espri et kouraj sont donc trois posture complémentaire qui s'associe pour créer des compléments tel que:
      • Foss et espri    >  Discernement
      • foss et kouraj   >  Determination
      • kouraj et espri  >  Conscience
      L'ensemble des trois donnant la "pawol" ou l'expression.
      Le mythe de la maitrise des trois forces voulant que le guerrier ultime gagne sans combattre et parle en silence.
      Foss espri et kouraj sont respectivement représenté par le coutela, le bakoua et le tambour.
      • Le coutela, le talisman protecteur, la force brute de l'ame et du corps, le potentiel
      • Le bakoua, la tête couverte pour empéché les coup de soleil tout en faisant la relation avec le soleil (le sacré, le subtil, l'intellect) avec sa forme pointé vers lui et sa forme ronde et centrifugeuse qui imite l'astre.
      • Le tambour, le coeur qui résonne, la mise en mouvement, la vie, le regulateur, l'âme
      Ces trois principes s'exprime ainsi dans les differents média:
      • Le chanté (la voix)
      • Le kritcha (le dessin)
      • Le Matjé (l'écriture)
      • etc...

      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 9 Fév - 07:53 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Quelque autre texte écrit durant la conception, donc certain on évoluer:

      Le razier:
      Qu'est ce que le Razier ? On y 'fout nos dechet' mais on y trouve aussi les 'rimèd razier', quand on a besoin d'échapper quelque chose ou simplement envie de drivé, d'explorer l'inconnu on pense au Razier. Certain prétendent que le Razier désigne la réalité au 'ras des yeux' (a ra zié), d'autre le rapproche du concept de réseau ou de rhizome comme espace de croisement et de rencontre. Le Razier serait donc cet espace où le probable et l'improbable se mêlent à l'image des carcasses de voiture entremêler de nature ? Un espace où le profane et le sacré se confondent ? Un espace qui accepte tout et qui donne tout ? Un lieu de métissage où les choses ne sont qu'elles mêmes et leurs potentiels, de redéfinitions permanentes, l'espace de toutes les identités ? Qui sait, peut être ne désigne t'il que l'imaginaire antillais. Le Razier est vaste et infinie. Et pour vous qu'est ce que le Razier ?

      Un des premiers texte:
      Le but de ce da est de remplir le vide de production populaire a destination des antillais. le but etait d'utiliser l'imaginaire antillais et de jouer avec. le but n'est pas polemique ni ideologique. Le da s'inscrit dans l'optique non pas de reconnaissance, mais d'expression. le but n'est pas le profit mais la valeur. Il y a une ambition d'en vivre mais pas d'en faire une propriété. Le projet a l'ambition de promouvoir l'univers antillais. Aussi peut importe les profiteur qui viennent sur le projet, il propagerons et etendrons la reconnaissance de ce projet, du moments qu'il ont remplis le contrat qui est de permettre la production du projet.

      Ce projet est une partie d'un projet plus grand, le RAZIER, qui vise à structurer et actualiser l'imaginaire et l'identité antillais et favorisé son expression, c'est à dire lancer une culture de la création avec ses codes et ses réferences propres, ansi que ses propres methodes et valeurs. Pour cela favorisé la production, l'echange et la circulation des idées et des imaginaires. Le pire serait de tout fermés, et d'empécher l'emulation. Cette stratégie s'appuie sur l'étude de l'écologie des cultures.

      un autre texte de début:
      Il est difficile de produire aujourd'hui en martinique s'en s'attirer les foudres des anciens quand à l'identité.Le rabachement systématique de ces questions engendre chez les jeunes antillais un sentiments de ras le bol, de révolte ou de rejet, notamment chez les jeunes créateur. Mais cela peut aussi entrainer chez certain jeunes une sur adhésion désespéré entraînant une stérilisation de la création. Ce constat amène a pensé qu'il y a besoin non seulement d'un renouvellement de l'imaginaire, mais aussi de réactualisation de cet imaginaire pour le permettre d'inséminer positivement la création aux antilles, autrement dit il faut soigner l'imaginaire pour la rendre productive. C'est pour répondre précisement a cet problématique que le projet MGG a vu le jour. Il s'agit d'une mise ne scène des affects qui nous traversent pour procéder à une catharsis de ces problèmes. son ambition est de préparer le terrain et de batir des ponts pour que les différents imaginaires et influences  dans de futur production puissent cohabiter, dialoguer et s'émuler sereinement. Aussi MGG reprend de manière métaphorique les différents problèmes qui secouent notre imaginaire grace a des situations symboliques. Petit a petit il introduits de nouvel valeurs censé amener le changement (symboliser par MGG future) tout en renforcant les spécificités de cet imaginaire. Ils a aussi pour ambitions de poser des bases formels de manière a devenir une réference culturel ayant sa propre identités et caractéritique de nous même. MGG est conçu aussi de manière a englober les productions existantes ou a venir (il s'agit d'un univers de code plus qu'un scénario) et n'est pas conçu comme une vue d'esprit d'artiste, mais en analysant la problématique posée et autour de fait spécifique relatif a cet nalyse et des recherches en résultant. l'enjeu de MGG est donc l'unification (ce qui est representé par le titre, qui est la contraction de martinique, guadeloupe guyane, nom donné a un journal de bd des années 70 fondé par Tony DELSHAM).


      MOI a Tony Delsham: "Accepter le devenu, afin de mieux penser le devenir !" échange de mails:
      [...]
      He bien, ça dépend si cette confusion peux nous servir ou non (selon qu'lle vous arrange ou non)! Il semble qu'il y ait des recoupement de toute les façons. La confusion fait partie des modalités de liens d'un imaginaire et propre à le mettre en mouvemnt. Le projet MGG à justement cette voaction de mettre en mouvement ces imaginaires, il est plus un processus qu'un contenu à convoyer. Voilà toute l'originalité de ce projet, ce n'est pas une oeuvre, c'est de faire oeuvre. Il s'agit d'un acte d'ingénierie de l'imaginaire.

       
      On pourrait résumer notre approche par le fait que nous ecrivons un morceau d'hypertexte dans l'hypermedia qu'est le monde, la figure de cet hyper litterature n'est plus dominer par l'auteur, figure omnipotent creant ex nihilo avec la hantise du neant de la page blanche, mais par celle de l'interprete qui, dans une activité alchimique du solve et coagula, recompose les structure du textes, conscient que de n'être qu'un node d'un reseau sans cesse réactualisé.
       
      Il y a un glissement de la pensée géométrique, qui s'interresse aux éléments pour eux même et créant un monde à frontière et cloture sémantique (une esthétique de l'absolu), à la pensée topologique, qui donne plus d'importance au relation entre ces éléments (esthétque de la relation), les formes et forces naissant de ces liens plutôt que des "éléments". Ainsi ' notre' MGG ne vaut pas par sa cloture sémantique ('l'oeuvre' selon l'acceptation demiurgique de l'auteur), mais bien parce qu'il est une collection de lien dont la structure est signifiante, le titre est donc un de ces hyperliens qui l'ouvre vers l'exterieur et dépasse la simple clôture sémantique. Chaque noms, chaque lieux, chaque événements, chaque faits de cet saga sont donc des hyperliens, ils renvoient à un affect, un 'sémiotif' qui est censé faire oeuvre, de réactualisée l'imaginaire, de le mettre en mouvement, à l'image des mythes anciens.
       
      C'est une oeuvre de tradition orale. La tradition orale est basée sur la réactualisation sans cesse renouvelée de l'imaginaire, à chaque fois que l'orateur (le conteur) redit 'les choses'. En ceci que le conteur est un interprète, il réactualise l'oeuvre et son imagianire de façon qu'elle fasse sens dans l'ici et maintenant. Le temps y est récursif plutot que cyclique. Ceci est opposable au temps linéaire occidentale basé sur l'écriture, basé sur la figure démiurgique éternel dont la parole vaut à tout jamais et pour toutes les actualités et dont le seul remède réside dans la rupture, le franchissement hardi de la frontière, de la clôture du sens.
       
      L'esthetique de notre MGG (le RAZIER), n'est donc pas le postmodernisme, que certain pourrait voir comme l'aboutissement, et l'échec, de la clôture de sens. Il serait peut être plus juste de parler de Transmodernisme. Par cela même, MGG ne saurait être une oeuvre intouchable, 'sacré', qui appartiendrai a des auteurs, mais un objet transactionnel fluide, un media, entre les personnes. D'ou l'aspect 'open source', chacun doit pouvoir y laisser sa trace, s'en approprier pour l'actualiser. A la façon même de la dynamiques des paroles mythiques, des contes et des légendes. MGG est un univers symbolique avant tout. On ne peut donc parler de notre MGG, il ne nous apartient pas et ne nous à jamais appartenu.


      Lettre a des amis:

      Concernant ces synopsis, bien que ce soit moi qui est ecrit la plus part (sauf natwal mystic, dont zecle est auteur), le but est pas d'imposer une vision mais de creer un univers qui permettent de faire le lien grace a une mythologie commune entre les differents imaginaires antillais du passe du present et du futur (le pitch est: les aînées et les vieux avait un devoir de memoire, nous les jeunes nous avons un devoir de devenir). De ce fait c'est une actualisation de notre imaginaire selon mon interpretation. Il est d'ailleurs sans cesse reactualisé en fonction des evenements (quand zecle a ecrit natwal mystic j'ai repris ses elements pour completer l'univers). En theorie toute hitoire antillaise a un rapport avec cette univers, qui n'est donc pas un univers 'realiste' mais bel et bien symbolique.

      Je te demande aussi a chaque fois que tu parle de l'imaginaire antillais de l'appeler ou de le relier au concept du razier. Le razier c'est l'imaginaire antillais, dans le sens ou le razier est un lieu de rencontre enre le probable et l'improbable, on y fout les debris mais on y trouve aussi les remede, c'est le lieu ou les carcasse de voiture cotoie les arbres d'acajou et les orchidées, c'est la que les esclave on fuit pour trouvé la liberté et que les voyou ce cache. Le razier c'est la rencontre, le metisage et la liberté, un endroit ambigu et non manicheen mais oui le manicheen peut trouver sa place, bref ce le lieu de l'acceptation et de la diversite aussi. c'est donc un lieu mythique et symbolique qui permettra de relier toute les production en filigrame.

      je te demande aussi des que tu peux de t'inspirer et d'incoporer des elements issus d'autre auteurs comme element d'univers, de facon a creer des pont, par ex un tableau d'un peintre martiniquais ou des sculptures, ou un personnage ou des allusions a d'autre livre ou dessin anime, meme obscure (par example le dessin anime produit contre les chien errants en martinique une fois), meme si tu n'apprecie pas ses travaux comme pour gabourg (auquel cas tu prend position face a son attitude. Il faut absolument travailler sur le recoupement des elements de l'environnement.
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Mer 25 Mar - 19:14 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      <!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->


      Au départ, c'est en observant la disparité et la tension entre les élèves et les profs a l'irav, après avoir réfléchit personnellement a ce qu'est l'art, je suis arrivé a la conceptualisation d'un concept appeler le "sémiotif" (motif sémantique et émotionnel).


      De ce concept j'ai été amener a réfléchir a la tension entre identité et identification et le besoin identitaire aux antilles. En regardant ce qui s'est fait ailleurs et dans l'histoire des médias, j'ai établit qu'il y avait une tension et un dialogue entre les arts sophistiqués et de marge avec les créations plus populaire dit mainstream qui est bénéfique de l'un a l'autre d'un enrichissement perpétuel.


      La difference entre les deux étant la primeur du sens, dans les arts elististes et sophistiqués, le sens et la singularité sont les valeurs fondamentales et a priori de l'acte de création, alors que les arts populaires sont des créations en émergences, des actualisations, le sens et la singularité sont des valeurs secondaires qui se construise par la répétitions et les hasard. Les arts populaires ont tendances a se sophistiquer et a se structuré pour s'etablir en arts plus élististe, le sens venant justifier et pereniser les pratiques spontanés. De même les arts populaires détournent et récupèrent les éléments d'arts plus sophistiqué


      D'ou la reflexion entre identité, identification et identitaire. Les modèles d'art populaires aux antilles sont exterieur pour la plus part (sauf dans le cadre musical et humoristique), l'art d'élite entre en discussion avec des ouevres qu'elle percoit comme venant d'un modèle dominant sur une posture de defense et de crispation identitaire. Cette posture est alienante car elle ne permet fondamentalement que de ce definir par rapport a un regard exterieur et a se definir en creux de se rapport. En empechant la réapropriation du regard sur soit on est conduit a figer son identité dans une identification, et donc a perdre la qualité fondamentale de l'identité qui est l'actualisation perpetuel.


      Comme exemple de cette thématique identité, identification, identitaire, j'aime a prendre les exemples du japon et de l'amérique. Les super heros américaon forme aujourd'hui tout un corpus de signe et de code solidement ancré dans l'imaginaire mondiale et parfaitement significatif d'une identité americaine, mais on oublie de remarqué que batman est un mix entre un ninja et un samourai ce qui est bien peu americain dans le fond, que la plus part des super heros pratique les art martiaux et sont d'inspiration asiatique. C'est justement le fait que les americains se sont réapproprié une identité avec leur propre regard au point qu'elle a finit par se confondre avec son identité propre (d'ailleurs voir le film WATCHMEN pour comprendre la complexité de la figure du super hero vu de l'amérique et son importance dans le nouvel imaginaire mythique qu'il a mis en place).


      De la même manière la pluspart des codes caractéristique des manga sont des héritages exterieur sur lequels le regard et l'identité japonaise est entré en discursivité. Ainsi les trait de tension si caractéristique sont en fait un héritage des comics notemment du style de kirby et les gros yeux viennent du style cartoon des dessins animé américain des années 40/50. Ils se sont réapproprié la science fiction notemment asimovienne et ont créer des nouveaux mythe sur l'homme et sa relation avec la technologie (je conseille de visualiser la serie ghost in the shell stand alone complexe saison et 2 d'ailleurs!). Aujourd'hui se sont des aspects indissociable de la culture japonnaise. Ces deux cultures ont su se réapproprier et actualiser les identités pour créer quelque chose de different.


      C'est ainsi Que ce concept de semiotif est important, un semiotif et une information vu du point de vue de la psyché culturel, elle agit en provoquant des émotions chez celui qui le recoit et entrainent des actes, somatique ou en réalisante. On peut donc voir une culture comme un ensemble de sémiotif en mouvement dans les transactions sociales. Ces sémiotifs existe dans une écologie qui fondent des discours et sont accepter ou rejeter en fonction de ces niches écologiques, tout en entrainant des réactions qui modifie ses écologie. Ainsi pour qu'une idée ait un impact il faut que ca qualité sémiotypique fasse effet dans l'ecologie viser. Les sémiotif voyagent au travers de ce qu'on appelle les discours et ont un impact en « s'accrochant » au valeurs et émotions qui anime le recepteur, ce qui entraine une réaction. Mon projet a été donc de créer une écologie de type sémiotypique en essayant de créer un art populaire antillais sur les media que je connais (bande dessiné, jeu video et dessin animé) propre a relancer une dynamique d'actualisation de cette imaginaire.


      Prenons comme exemple la BD de zéclè « sorcier et soukougnant » renommé maintenant « natwal mystique ». Le but n'était pas tellement de mélanger manga et imaginaire antillais mais bel et bien rendre compte de notre imaginaire et de notre culture moderne. On ne peut pas se séparer de ce avec lequel on a grandit, hors nous sommes une génération qui a été littéralement éduqué avec le club Dorothée.

      Donc il y a effectivement quelques références qui sont autant de pied de nez qui signifie : exploitons notre imaginaire sans pathos, on a pas besoin de faire dans identitaire pour cela.

      Sinon ce brouillon datant de 2004 a déjà pas mal tourné sous les manteaux.

      http://narutofrancebattle.123.fr/natural_mystic/

      On soupçonne d'autre de s'en être inspiré en 2008:

      http://www.soukougnans-leblog.com/

      et celui ci est un fan qui est devenu pote depuis avec l'auteur de la bd et qui a décider de reprendre le concept a sa sauce:

      http://wia.xooit.com/t84-WALDO-PAPAYE.htm

      Évidement je n'ai conçu que le concept de départ "sorcier et soukouniant". Je cherchais un titre évocateur et iconique, facile a retenir, et construis sur le modèle de "donjon et dragon" , et qui fondamentalement fait référence à la même chose "un bestiaire baser sur un imaginaire particulier". C'est un sémiotif que j'ai construit sciemment pour impacté l'imaginaire de mes camarades antillais.

      Ce qui est remarquable, c'est que cela a été suffisant a déclenché le déclic "tiens j'avais pas penser a exploiter l'imaginaire antillais de cette façon". Ainsi quand on compare avec leur anciennes productions, c'est étonnant les parallèles qui sont créer:

      Avant natural mystic la bd de 2004, l'auteur, Zéclè, bossait sur "Port Nawak adventure et chronicle", qui est une parodie et déconstruction de l'imaginaire légué par la période dorothée de ma génération:

      http://zecle.123.fr/portnawak/main_index.html

      Ceux de la série soukouniants ont fait pointe d'or qui est pratiquement le prototype sans l'imaginaire antillais de soukouniant:

      http://www.dailymotion.com/bookmarks/Neoshaman972/video/x88is_video-manga-g…

      Et quand a Toshi D, qui a repris a son compte le concept sorcier et soukouniants avec waldo paypaye, il faisait le très asiatique RONMON (iron monkey):

      http://wia.xooit.com/t57-RONMON.htm

      Comme koi un simple concept de qualité sémiotypique suffit a déclencher la frénésie créative!

      Mais il n'y as pas de "marché" pour ce genre de BD pour l'instant, je veux dire il y a un besoin mais pas d'attente, il n'y a pas d'attente car le public n'est pas exposé a l'existence de la possibilité de ce genre de produit. Bien qu'elle en déplore l'existence, elle le juge aussi improbable donc ne le cherche pas et les tentatives de création n'aboutisse pas. Il faut donc dans un premier temps exposé le public et créer l'attente avec une QUANTITÉ de produits, qui va se raffiner vers une qualité au fur et a mesure que le public s'habitue à être servit. Sinon je suis en cours de monter une boite d'édition, on verra où cela me mène.
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Toshi.D
      Dessinateur Initié
      Dessinateur Initié

      Hors ligne

      Inscrit le: 11 Déc 2007
      Messages: 293
      Localisation: ché po ou vous voulez...
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 06:55 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      C'est triste à dire mais c'est claire que j'aurais jamais penser à ce genre de concept si je n'avais po mater la bd sourcier et soucougnian, d'ailleurs zecle devrais la montrer dans plusieurs site manga pour voir les réactions et les commentaire de tous.
      lol j'avais po vue la derniere pages avec l'araignée Heureux génial enfin les nouveaux smiley Ok! NON SERIEUX ZECLE DEVRAIS VRAIMENT MONTRER LA BD SUR PLUSIEURS SITE MANGA!!! J'ai po gagner le concours avec Waldo papaye mais je pense que je lacherai la bd dans un fanzine, d'ailleur le fanzine de Megamy a du surement sortir non? si c'est le cas j'aurai aimer voir ce que ça donne.

      Au fait j'ai bien reçu le story (la version plus détailler) de Ladino je vais lire ça trankillou encore une fois j'adore le concept une pirate antillaise!!! Ok!
      ON DEVRAIT TOUS S'UNIRENT POUR FAIRE UN SEUL ET UNIQUE PROJET BD ON N'AURAIT CHACUN UNE TACHE
      UN POUR LA COLO
      UN POUR LE SCENAR
      UN POUR LES TRAMES
      UN POUR LE STORY BOARD
      UN POUR LE CRAYONNER ET L'ENCRAGE
      UN AUTRE POUR LE TRAMAGE
      UN AUTRE POUR LE LETTRAGE ECT.... ENFIN C'EST JUSTE UNE SUGGESTION.
      _________________
      http://ironmonkey.over-blog.com/


      Dernière édition par Toshi.D le Lun 30 Mar - 07:04 (2009); édité 1 fois
      Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 07:03 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Je crois pas que la demoiselle aie continuer pour ne pas dire abandonner. Mais bon, moi j'avance, théoriquement les choses devrait rentrer dans l'ordre pour moi bientot... J'espère... D'ailleurs tu as du recvoir le dossier BLACK POWDER non?
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Toshi.D
      Dessinateur Initié
      Dessinateur Initié

      Hors ligne

      Inscrit le: 11 Déc 2007
      Messages: 293
      Localisation: ché po ou vous voulez...
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 07:05 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      LOL j'ai répondu avant de lire la question lol
      _________________
      http://ironmonkey.over-blog.com/
      Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 07:20 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Ben t'es ou? sur paris? en martinique? Tu aura bientot une surprise regardant sa suggestion Sourire
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Toshi.D
      Dessinateur Initié
      Dessinateur Initié

      Hors ligne

      Inscrit le: 11 Déc 2007
      Messages: 293
      Localisation: ché po ou vous voulez...
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 07:33 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      ch ui sur paris, comment ça une surprise?
      _________________
      http://ironmonkey.over-blog.com/
      Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur
      Neoshaman
      Modérateur
      Modérateur

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2007
      Messages: 303
      Localisation: charleroi belgique
      Sexe: Masculin

      MessagePosté le: Lun 30 Mar - 08:13 (2009)    Sujet du message: West indies brand new styles - le manifeste - Répondre en citant

      Ben on devrait se rencontrer chuis sur noisy, Elpatron s'occupe de faire une maquette d'artbook sur toi, il est aussi sur paris. Quand la mquette est finit on pourra travailler comme tu as suggerer. la maquette va servir a démarcher.
      _________________
      je suis GENEREUX!
      Revenir en haut
      MSN
      Montrer les messages depuis:   
      Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Coin Artist' -> Scenarii Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
      Page 1 sur 1

       
      Sauter vers:  

      Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
      Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
      Traduction par : phpBB-fr.com